mardi 3 mars 2009

Merci pour les béquilles, j'en ai trouvé


Bonjour enfin les amis,

Oui ouf, me revoici ...

En général quand je m'isole comme ça c'est que ça ne va pas très fort, et que je n'ai pas tellement le ton à la rigolade. Alors comme je sais que vous aimez bien me lire parce que je suis rigolote, je ne veux pas vous faire partager mes peines... je suis comme ça ...

On en reparlera plus tard, peut-être...

Depuis le temps je dois quand même vous expliquer ces vacances au ski, ces mémorables vacances ...
J'ai tenu un journal de bord que je vous livre là, vous allez voir, du grand art opalesque encore !

Allez, c'est partiiiiiiiii...


Samedi 7 février : Jour d’arrivée

4h14 : Mon tel sonne. C’est ma mère qui se trouve dans la pièce d'à coté, qui ne sachant pas comment me réveiller vue la difficulté de l’épreuve préfère me téléphoner.

Je regarde l’heure. C’est horrible.

Je sens chacune des implantations de mes cheveux.

Ça va pas le faire du tout.

4h52 : On décolle, Clovis à mes cotés couvert sous ma big couverture tarzan avec son doudou, pr^t à se rendormir. Moi les yeux mi-clos mi-je ne sais pas quoi.

Tu vois retour de la momie ? Ben c'est moi.

Ça va pas le faire du tout du tout.

6h44 : Ça fait tout ce temps que je lutte contre le sommeil, les yeux maintenant mi-clos mi-fermés qui piquent. On s’arrête et je me repose 30 mins sinon je vais me prendre un platane. La nuit c’est fait pour dormir, pas conduire.

9h15 : On est arrêté au col de Lauraret. Au moins une heure à attendre qu’ils dégagent 1 km de route enneigé. Je prends mon pc et je note ma matinée difficile.

10h37 : On est toujours coincé. Vive les vacances.

12h02 : Enfin on peut repartir. Juste 2h15 qu’on attend… Mais non ça énerve pas ....

13h32 : J’entends un bruit très très suspect au niveau de ma roue avant droite. CLAC CLAC CLAC CLAC ….

13h54 : On arrive sur place. J’ai perdu une chaine de roue. Devine laquelle ? Avant droite, bien sûr.

Et forcément, je m’enlise. 10 mins de roulement de roue dans le vide plus tard, je me désenlise.

Oui je sais c’est un mot qui n’existe pas mais je suis trop énervée pour chercher du vocabulaire adéquat, merde.

14h42 : C’est l’heure du repas du midi. Puis je prends un bain. Pendant 2h. Les enfants vont skier, moi je bulle. Je suis un zombie.

20h25 : Je suis dans mon lit, telle une loque humaine sortie du clip de Thriller. Je m’endors et il n’est même pas 21h.

23h20 / 0h35 / 1h10 / 3h20 : je me réveille car j’ai froid, malgré la double épaisseur de ma couverture léopard.

Day’s Conclusion : 9h pour faire moins de 400kms. Ouais, ça l’fait pas trop bien les vacances.


Dimanche 8 février : 1er jour de vraies vacances

7h30 : le réveil sonne, les cours débutent à 9h. ‘Tain c’est les vacances ! C’est quoi ces horaires de merde !

9h : Cours de ski niveau 1.

Dans ce niveau y’a 2 groupes : les très nuls et les très très nuls. Je suis dans le groupe des très très nuls. Trop classe ! mdr

11h : On a fini de faire des minis descentes avec le prof de ski, sosie de Samy, tu sais le meilleur ami de scoubidou.

11h / 17h : sans compter la pause repas, je skie comme une tarée à donf avec mes trolls, on se prend des bosses, on remonte sur les télésièges à 2400m d’altitude, et on redescend tout shuuuuuuuuuss … WHOUUUUUUUUUUUUUUUU !!!! Ça déménage !!!!

Moi y’en a pas être du tout une très très nulle ! c’est d’la balle !!!!!

18h00 : Vivement 20h que j’aille me coucher, j’en peux plus.

Day’s conclusion : Je suis pas NULLE en ski. Et le grand air, ça me donne envie de dormir. Grave. Déjà qu’il me faut un minimum de 9h en temps normal … oups …

Lundi 9 février : 2ème jour

9h : cours de ski, je suis vachement plus à l’aise qu’hier, le prof me propose de changer de groupe demain, de monter de niveau, YEAH !

13h / 15h : On ski en famille, et moi, grande sportive des années bissextiles, je commence à tétaniser des cuisses. On monte à 2600m, sur un télésiège, et me vient l’idée de me retourner pour regarder derrière moi ……… au secours ! Le dénivelé …. Le vide ….. les montagnes …. Oups .. …… Lancelot me dit que si le câble lâche … « Tu veux pas te taire petit con ?! ». Lui forcément il est bidonné . Moi pas.

On débute par une mini piste noire qui déboule sur une piste rouge, un mur de glace à descendre, ça fout quand même les j’tons, mais en voyant les merdeux y arriver fingers in the nose, j’y vais (presque) confiante.

Trop bien la descente, on finit la rouge qui débouche sur une bleue, j’ai des cuisses en béton et je me dis qu’arrivée en bas j’arrête pour aujourd’hui, ça fait trop mal.

Et là forcément, c’est la chute.

BING !

Roulé-boulé par terre ! L’Opale des neiges en vrac sur le sol.

Rien de grave, je me relève, je me mets debout, et là Aïe ! le genou … ça fait mal au ligament externe…

J’arrive en bas, je dis aux autres de repartir sans moi, je déchausse et je marchAÏE ! Merde, je boite.

Et pas qu’un peu… bon, je me dis que je repose mes muscles jusqu’à demain, mes muscles … trop lol ….enfin si on peut appeler ça comme ça, et que je verrai.

Je ne dors pas terrible car me réveille sans cesse afin de déterminer si oui ou non j’ai mal au genou.


Mardi 10 février : jour 3

Je me lève, et je ne te bouscule pas… comme d’habitudeeeeeeeeeee, mais je douille et pas possible de marcher normalement. OOUUUUIIIIIIINNNNNN ! Je sens la fin de mes glissades, c’est trop injuste...

Les enfants partent skier, et moi je me dis que je vais détendre mes muscles abimés dans un bain.. je suis dégoutée.

Coup de fil au milieu du bain : « Lancelot est tombé, il se fait descendre des pistes par les sauveteurs en barquette… »

Je sors du bain et m’habille à cloche pied en 5 secondes, et je descends. Un attroupement autour de mon fiston qui est dans une sorte de sac de couchage glissant, le regarde l’air triste, je m’approche et lui fait un bisou sur sa mine penaude et mouillée de larmes, et je suis les sauveteurs qui l’emmène chez le médecin-traumatologue de la station.

En urgence, radiologie : fracture déplacée du tibia.

En un instant on comprend que le ski c’est fini pour nous deux.

Avant de le plâtrer, le doc doit lui remettre l’os en place …. Je crois comprendre que ça fait très mal, vu les pleurs et l’intensité avec laquelle il broye ma main et hurle …. Ça déchire mon cœur de maman …

Je reste près de lui tout le temps des soins, il est plâtré des orteils à mi-cuisse, pendant 8 semaines, pas de sport pendant 4 mois. Chaise roulante obligatoire pour surélever le pied et béquilles. On le remonte à l’appart, il ne peut pas bouger, il faut le déplacer, lui bouger la jambe, que je l’emmène aux toilettes, que je le lave…

Et moi l’aprem je suis allée consulter, je m’étais un peu oublier, bilan : entorse et élongation du ligament externe du genou droit. Attelle 4 semaines, 10 jours d’arrêt de travail et ne pas conduire pendant 4 semaines. Super.

Voilà, fin des vacances le 3ème jour. Enfin pas pour Clovis qui lui n’a rien, Dieu merci. Grosse frustration, j’ai même pas pu me perfectionner encore plus, pffffff …..


Quand te reverraiiiiiiiiiiis-jeeeeeeee ….. payyyyyyys merveilleuuuuuuuuuuux …..


1 commentaire:

Luciole en couleurs a dit…

O_o
Ouah... Ca pour des vacances...
Tu vas t'en remettre ?